Votre média indépendant !

Plus

    Bouquetins : où les observer en Haute-Savoie ?

    Les bouquetins sont des animaux impressionnants qu’il n’est pas rare d’observer sur les sentiers de randonnée. Mais si vous les verrez la plupart du temps de loin, nous vous proposons de découvrir certains coins de Haute-Savoie où vous aurez des chances de partager les chemins.

    Où voir les bouquetins en Haute-Savoie ?

    Le bouquetin fait partie de la faune emblématique de Haute-Savoie. En apercevoir lorsque nous sommes en randonnée n’a rien d’étonnant. Moins farouches que les marmottes, certains ont l’habitude de croiser des deux pattes en quête de sensations dans les montagnes.

    Dans le massif des Bornes et des Aravis

    bouquetin qui mange en montagne ©M. PitteloudDans le massif des Bornes, à proximité immédiate d’Annecy, les randonneurs aguerris auront de grandes chances de croiser quelques bouquetins en montant à la Tournette.

    Pour les autres, nous vous recommandons de vous rendre au lac de Peyre, du côté du Grand Bornand et du col de la Colombière.

    Mais pensez que plus vous partirez tôt, plus vous aurez de chances de les voir. Car bien qu’ils ne soient pas toujours très farouches, la foule ne leur plaît guère.

    Dans le Mont-Blanc

    Dans le Mont-Blanc, de Passy à Chamonix, vous aurez également la possibilité de croiser quelques cornus, parfois même en harde. En début de saison, nous vous recommandons de faire un tour du côté des chalets de Varan. Pour trouver de l’herbe bien verte, les bouquetins n’hésitent pas à descendre un peu plus. Gardez néanmoins à l’esprit qu’au fil de la saison, les bouquetins vont remonter en altitude et que les voir sera plus complexe pour des randonneurs peu expérimentés.

    Voir cette publication sur Instagram

     

    Une publication partagée par СЄ́LіИЄ (@cel_ine_74)

    À Chamonix, la Réserve Naturelle des Aiguilles Rouges est l’endroit idéal pour observer des bouquetins. Si vous avez prévu de vous rendre au Lac Blanc, n’hésitez pas à prolonger jusqu’aux Chéserys. Il n’est pas rare d’y croiser quelques cornus venus brouter tranquillement et de partager avec eux un bout de sentier. Attention toutefois à ne pas les approcher de trop près. Les bouquetins restent des animaux sauvages dont les réactions demeurent parfois imprévisibles et mieux vaut donc les laisser tranquilles …

    Dans le Chablais

    Si vous avez prévu d’aller randonner du côté du Chablais, sachez que le paradis des bouquetins se trouve là-bas. Près du lac de Darbon, au départ de Vacheresse et des chalets de Bise, vous pourrez observer des hardes se reposer et manger tranquillement à proximité du lac, notamment durant les mois de mai et de juin.

    Dans le Haut-Giffre

    Dans le Haut-Giffre, vous pourrez également observer des bouquetins. Nous vous recommandons de prendre la direction des chalets de Sales, en plein cœur de la Réserve Naturelle de Sixt-Passy. Une balade de 2 heures pour 700 mètres de dénivelé qui ravira toute la famille. Nul doute que vous croiserez quelques cornus à proximité du refuge ou le long du chemin. Ouvrez également l’œil, vous apercevrez peut-être les gypaètes volant à flanc de falaise.

    © RandoTop

    Tout ce qu’il faut savoir sur le bouquetin

    Le bouquetin est un animal qui a été menacé d’extinction. Mais grâce à l’émergence d’idées de protection de la nature dans les années 1920, il a pu être sauvé. En 1922, la création du Parc National du Gran Paradiso lui offre une première protection qui sera suivie par la naissance du Parc National de la Vanoise en 1963.

    Ne pas confondre bouquetin et chamois

    Avant toute chose, il est important de ne pas confondre bouquetin et chamois. De manière générale, le bouquetin est plus trapu. Son pelage est plus clair que celui du chamois, que vous reconnaîtrez par sa tache blanche placée sur son arrière-train. D’autre part, les cornes des chamois sont plus petites et plus fines que celles des bouquetins.

    Astuces pour connaître l’âge d’un bouquetin

    femelle bouquetin avec son petit ©M. PitteloudPour connaître l’âge d’un bouquetin, voici quelques astuces. Pour les mâles adultes, il faut notamment compter les stries de croissance de l’encornure qui forment une suite d’étuis emboîtés.

    Pour les cabris, les éterles et les éterlous, les petits, il est nécessaire de prendre en compte la taille et le diamètre des cornes. Par exemple, en dessous de 15 centimètres, il s’agit d’un cabri. Il est alors encore impossible de savoir s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle.

    Et si vous souhaitez en apprendre plus sur notre ami le bouquetin, de nombreux livres ont été réalisés sur ces animaux.

    ⏷ Plus de 90 activités rien qu'en Haute-Savoie ! ⏷
    Marine B.
    En tant que rédactrice pour le média indépendant Annecy-Ville, je suis ravie de vous guider à travers les charmes de notre ville.
    Découvrez avec moi les récits, les événements et les endroits exceptionnels qui font la beauté de notre Venise des Alpes.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Stations Patinoire Visites Lac Montagnes Sport Hébergements Se déplacer Villes & Villages Plages Piscines

    Le mag'