Les annéciens s’étaient habitués à voir de nombreuses trottinettes en libre-service  sur les trottoirs de la ville. Pratique pour les uns, inesthétique voire dangereux pour les autres, les avis étaient partagés.  Mais voilà, c’est le résultat du second tour des élections municipales qui va trancher la question.

Le bilan de l’expérimentation des trottinettes électrique en 2019

Un bilan avait été réalisé par la municipalité d’Annecy sur l »expérimentation de l’été dernier. Jusqu’à 250 trottinettes  en libre-service étaient déployées. 10 000 locations chaque semaine étaient souscrites. Les deux opérateurs ont indiqué, que la ville d’Annecy, se plaçait sur le podium des villes où cet usage avait le plus de succès.

En effet, les opérateurs de free-floating réservent d’habitude leur flotte à des plus grandes villes. Le seul point noir concerne la dépose anarchique de ces engins sur les trottoirs. On avait aussi relevé des vitesses excessives et la circulation à deux  ce qui est interdit.  Des propositions devaient être formulées pour répondre à ces problèmes.

Les positions des candidats aux élections municipales d’Annecy

Dimanche 28 juin, les électeurs d’Annecy auront le choix entre trois listes : celle du maire sortant Jean-Luc Rigaut, celles de François Astorg et celle de Denis Duperthuy.

Selon les résultats dimanche soir, la question de l’avenir des trottinettes sur Annecy est posée.

  • François Astorg, le candidat écologiste, regrette que les trottinettes l’été dernier, n’avaient pas permis de report modal, considérant que c’est plus un jouet, une distraction qu’un outil de déplacement. Il dénonce aussi la rémunération « misérable »  des travailleurs indépendants qui récupèrent les trottinettes pour les ranger. S’il est élu, il arrêtera le projet préférant réfléchir à des vélostations qui proposeraient aussi des trottinettes.
  • Jean-Luc Rigaut, souhaite reconduire leur redéploiement cette année en autorisant deux opérateurs de free-floating à proposer chacun 150 engins à la location en été, puis 30 de mars à octobre. Le volume de trottinettes pourra être revu à la hausse (pour des grands événements comme la Fête du Lac et la Descente des Alpages) ou à la baisse selon la demande et les questions de sécurité. Dans leur dossier de candidature, les opérateurs devront prévoir des points de stationnement indiqués au sol pour éviter les déposes anarchiques, mais aussi des critères  environnementaux comme la durabilité des trottinettes, le recyclage des batteries. Donc feu vert sous conditions pour les trottinettes qui sont considérées comme un mode de déplacement propre qu’il faut bien encadré.
  • Denis Duperthuy considère que le bilan de l’an dernier n’a pas été détaillé. Que les nombreuses incivilités ont créé de fortes oppositions à cet usage. Il souhaite faire une analyse fine de l’expérimentation. Il met donc la décision en attente. Comme François Astorg, il s’interroge pour savoir si la trottinette n’est pas un substitut à la marche. Ce qui ne serait pas bon en terme d’écologie. Il voit plus un effet de mode qu’une nouvelle utilité. Donc il souhaite ne pas renouveler ce type de contrat, tout en discutant avec les usagers.

Trois candidats, trois positions, réponse dimanche soir dans les urnes !