Annecy : une ville romaine

Les rives du lac d’Annecy sont occupées depuis l’an 3100 avant J-C. Annecy, quant à elle, ne fût créée qu’à partir de 50 avant J-C et portait alors le nom de Boutae ou encore Bautas. A cette époque, Annecy n’était encore qu’un bourg romain et n’était peuplée que de 2000 habitants, avant la chute de l’Empire romain. Découvrez notre dossier sur Annecy à l’époque gallo-romaine.




La chute de l’empire romain fit dépérir la ville suite aux grandes invasions barbares provenant de la Gaule qui amenèrent l’insécurité dans la ville. Ces invasions annoncent néanmoins pour Annecy le début de l’ère féodale.

Annecy dans l’ère féodale

En 259, toute la ville est décimée et les habitants massacrés suite aux puissantes invasions barbares. Les Annéciens survivants furent obligés de se cacher dans les grottes du Mont Veyrier. Une fois l’invasion terminée, beaucoup d’habitants quittèrent la ville pour rejoindre les campagnes environnantes comme Anniciaca (Annecy le vieux).

Les attaques contre Annecy continuèrent jusqu’au 6ème siècle. Tout fut brûlé, pillé, détruit et les derniers habitants décidèrent à leur tour de quitter Boutae.

Les activités de la ville reprirent au 7ème siècle sur les rives du Thiou ; l’église Saint Maurice en est le point de départ. C’est aussi à cette période que le château d’Annecy fût construit. Les guerres et batailles ne cessent toujours pas et opposent les Annéciens aux évêques de Genève. Les comtes de Genève finirent par se réfugier à Annecy dans le manoir de Novel (plaines des Fins). La ville devient alors la capitale du comté.

Le dernier comte de Genève, en devenant l’antipape Clément VII en résidence à Avignon, engendra le Grand Schisme d’Occident.



Annecy : une ville savoyarde

Suite à la mort de Clément VII en 1394, le comté de Genève est vendu en 1401 au comte de Savoie Amédée VIII. Il crée en 1444 un apanage confié à un membre de sa famille en lui assurant une grande autonomie. Cet apanage vivra jusqu’au XVIIème siècle. Janus, fils de Louis Ier de Savoie, fit d’Annecy sa résidence officielle alors qu’il était comte de Genevois, baron de Faucigny et seigneur de Beaufort-Ugine-Faverges-Gourdans. C’est à Annecy que furent établis les principaux organes du gouvernement du comté : conseil comtal, chambre des comptes, procureur fiscal et juge mage.

Janus décéda en 1491 et Annecy se rattacha à la Savoie de 1491 à 1514, année où Charles III lègue le Genevois et d’autres contrées à son frère Philippe. Annecy est le nouveau centre d’un apanage du Genevois aux alentours d’Ugine.

Annecy : La Rome des Alpes

Annecy, avec son influence religieuse, comptait une bonne douzaine de couvents. La moitié de la ville était possédée par différents ordres religieux propriétaires des églises, couvents, ateliers, moulins, ainsi que des vastes terres et forêts.

Au 16ème siècle, quand la réforme Calviniste à Genève l’emporta, les catholiques se réfugièrent à Annecy. C’est à cette époque qu’une série de beaux monuments furent construits (Logis de Nemours, Cathédrale Saint Pierre, Maison Lambert…).

En 1600, Charles Emmanuel 1er, le duc de Savoie et Henri IV, alors roi de France, entrèrent en conflit. Les calvinistes en profitèrent pour faire main basse sur des biens régionaux. Cette guerre se termina à la fin des années 1590 et déboucha sur le traité de Lyon.

Durant l’année 1602, St François de Sales, l’enfant du pays, devient évêque de la ville. Il marqua de façon durable la ville et toute sa région grâce à son intelligence et sa spiritualité. D’ailleurs, il inspirera un renouveau religieux et culturel dynamique, la contre-réforme. Annecy devient ainsi la Rome des Alpes.

La Révolution française

Les nombreux savoyards qui travaillaient à Paris, ainsi que les écrits de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, ont répandu sur la région annécienne les idéaux de la Révolution qui faisait rage en France.

A la fin de l’année 1792, le duché de Savoie fût prit d’assaut par les troupes du général Moutesquiou-Fezensac, obligeant l’armée savoyarde, les fonctionnaires, les membres du clergé et le roi, à se réfugier au Piémont.

C’est en cette même fin d’année que le « despotisme » est aboli par l’assemblée des Allobroges, réunie dans la cathédrale de Chambéry. Fini les corvées et la milice. Le département du Mont Blanc est né.

Les Annéciens deviennent alors Français durant 23 ans. Suite à la fuite du Duc de Savoie lors de l’arrivée des troupes françaises, la population avait le sentiment d’être libérée. Cependant, la mobilisation en masse des hommes, la fuite des édiles de la noblesse et du clergé, ainsi que la politique anti-religieuse de la révolution finirent par obliger les habitants à se rebeller.

Durant cette période, les marchés importants de France étaient ouverts et de nombreuses fabriques ont donc vu le jour le long du Thiou pour bénéficier de la force hydraulique. En outre, les connaissances industrielles des Annéciens représentaient un réel potentiel.

Annecy : une ville moderne

En 1866, pour la première fois à Annecy, le train à vapeur fait son apparition ce qui permis au tourisme de se développer. La ville grandit lentement durant le début du 20ème siècle, de nouveaux quartiers voient le jour comme Les Balmettes, Vovray, La Prairie … L’électricité fut démocratisée grâce à la centrale hydraulique du Fier qui éclaire Annecy depuis 1906.

L’essor touristique de la commune s’accompagne d’un essor industriel avec des noms d’industries emblématiques telles que : Aussedat, Dunant, Crolard, Léon Laydernier … En 1936, Les congés payés permettent aux classes populaires de découvrir Annecy, le lac et les montagnes. Le développement urbain de la ville commença à diminuer après les Trente Glorieuses, dans les années 1960/1970.

Le 1er janvier 2017, les cinq intercommunalités du Bassin annécien ont fusionné. Le Grand Annecy est désormais composé de 34 communes et près de 208 000 habitants. Ce regroupement réunit plusieurs enjeux comme l’amélioration des aménagements du territoire, une réorganisation des transports pour favoriser la mobilité, ainsi que le développement économique et touristique.