Travailler en Suisse est synonyme pour beaucoup d’Eldorado : salaires élevés en francs suisses, sociétés renommées. Mais c’est souvent le parcours du combattant car les places sont très recherchées. Voici 10 conseils pratiques dans ce guide pour trouver un travail en Suisse selon votre secteur d’activité.

Genève en Suisse

Très bien s’informer en amont sur le poste recherché

Il est préférable de bien sélectionner les entreprises  et les postes visés plutôt que d’envoyer un grand nombre de candidatures, il faut donc prendre son temps en se posant les questions suivantes :

  • Votre secteur d’activité en France est-il exactement le même que celui que vous visez en Suisse ?
  • Quelles sont les principales sociétés dans votre secteur ?
  • Connaissez-vous les manières de travailler dans le canton qui vous intéresse ?
  • Avez-vous repéré des contacts influents dans votre domaine ?

Ces informations précieuses vous permettront d’affiner votre CV et votre lettre de motivation qui sont les clefs pour décrocher un job. Lors de l’entretien d’embauche, ses repères seront indispensables pour montrer au recruteur que vous connaissez bien les offres et le marché du travail en Suisse. Beaucoup d’offres de travail se trouvent sur la presse helvète en ligne : Tribune de Genève, PME magazine par exemple. Enfin il convient de se limiter aux cantons proches de Genève et Lausanne si vous êtes francophone uniquement. Mais la ville de Zurich ou de Bern, offrent aussi de belles perspectives d’emplois ou de stage en langue alémanique.

Rédiger un CV adapté aux recruteurs suisses

Un CV suisse respecte certaines particularités tant sur le fond que sur la forme. Il est important de détailler assez précisément vos domaines de compétence pour permettre au recruteur de se faire une idée précise de votre adéquation à l’offre de travail. En France, c’est un peu l’inverse puisque le CV reste très synthétique. Vous respecterez la même démarche pour votre lettre de motivation en détaillant bien ce qui vous amène à déposer votre candidature.

Proposer un profil recherché en Suisse pour négocier un bon salaire

Comme vous êtes français, vous allez avoir un statut de frontalier ou de résident. Pour cela il faut que vos compétences soient fortement recherchées sur le marché suisse. Cette indication est capitale, elle vous dira si vous allez avoir affaire à une forte concurrence ou au contraire si vous pouvez augmenter vos exigences salariales. En effet, même si le salaire minimum en Suisse est de plus de 3 200 € ce qui peut paraitre beaucoup pour un Français, vous pouvez prétendre selon votre profil à un salaire beaucoup plus conséquent.

Les métiers qui sont le plus recherchés en Suisse sont les suivants :

  • Les informaticiens et ingénieurs ont le vent en poupe, la Suisse est souvent en pénurie de ces profils qui sont recherchés dans la finance et l’ingénierie informatique.
  • Les profils techniques et technico-commerciaux très spécialisés sont rapidement recrutés tant l’offre d’emploi est forte.
  • Les professions médicales et paramédicales sont en tension, car la Suisse à de nombreuses cliniques et hôpitaux universitaires. Avec de bonnes conditions de travail et des salaires très élevés par rapport à la France, c’est une piste à explorer.
  • Enfin comme en France les métiers du BTP, de l’hôtellerie et de la restauration sont peu recherchés par les Suisses eux-mêmes, c’est l’occasion de se faire embaucher plus facilement avec de bons salaires même si le travailleur ne parle pas suffisamment la langue, une formation peut être proposée.

En regardant les métiers les plus touchés par le chômage en Suisse, vous saurez ainsi qu’il ne faut pas chercher dans certains secteurs.

Choisir le bon permis de travail et la bonne assurance chômage en Suisse

La Suisse ne fait pas partie de la Communauté Européenne, avec deux conséquences fondamentales : la monnaie est le Franc Suisse et il n’est possible de travailler librement quand on est étranger.  Le marché de l’emploi nécessite un permis de travail suisse. Il en existe de quatre types : permis G pour les frontaliers et B, C ou L pour les résidents. Le permis est délivré par les autorités suisses soit à la demande du candidat soit par son employeur. La vie en Suisse coûte cher, il est important que votre activité professionnelle soit assez rémunératrice pour vous garantir de bonnes prestations. Ce guide va vous permettre année après année de sélectionner les meilleures activités professionnelles.

Cette démarche administrative est un droit aisé à mettre en œuvre pour les ressortissants de l’Union Européenne, pour les ressortissants extracommunautaires, elle est très difficile à obtenir.

Important :  Au niveau de l’assurance maladie, la CMU vous permet de bénéficier du régime d’assurance maladie de la France : la Sécurité Sociale pour toute votre famille. Par contre elle vous coûte de l’ordre de 8 % de votre revenu.

La CMU vous permet de bénéficier du régime d’assurance maladie français, la Sécurité Sociale. Tous les membres de la famille en bénéficient. Mais rien à voir avec la gratuité à vie de la Sécurité sociale : la CMU pour les frontaliers est payante et dépend essentiellement de votre revenu. Dans ce pays, l’essentiel des assurances est privé et les travailleurs ont moins de droit malgré des salaires importants quel que soit le lieu travail. La Suisse notamment à Zurich comme l’Allemagne a un taux de chômage bas, il faut pourtant prévoir une assurance chômage pour vous garantir comme travailleur frontalier une prestation en cas de soucis de santé. Un guide des prestations est proposé par les assureurs aux travailleurs, il sera chiffré en francs suisses selon le lieu et les emplois ou le stage recherché.

Petites annonces, candidatures spontanées, recommandations : que privilégier ?

Toutes les méthodes pour candidater sont utiles pour trouver un emploi en suisse. Les annonces d’emploi sont disponibles sur les grands moteurs spécialisés mais aussi sur des sites dédiés à une branche professionnelle précise comme l’horlogerie. La bonne connaissance des entreprises ciblées permet d’envoyer une candidature spontanée à la personne responsable du recrutement, c’est un atout important pour réussir.

Le moyen le plus efficace pour être embauché en tant qu’étranger dans ce pays reste la recommandation. On peut aussi l’appeler réseautage, piston ou simplement rendre service. Une relation, de la famille ou un ami vous recommande, c’est la meilleure façon pour décrocher un entretien et rassurer l’employeur sur vos capacités.

Faire preuve d’humilité et d’esprit de groupe

L’état d’esprit du monde de l’entreprise est très différent en Suisse par rapport à la France. L’individualité et les caractères exubérants ne sont pas appréciés, nos voisins préfèrent, comme en Allemagne, l’esprit d’équipe et ce qui ne sort pas du rang. On recherche une intégration à une entreprise qui favorise la force du groupe. Ces différences sont fondamentales lors de votre futur entretien de recrutement. N’hésitez pas à discuter avec des frontaliers pour comprendre certaines subtilités de la vie en entreprise en Suisse. Dans ce pays, le salaire dépend souvent des bonnes pratique qui sont le reflet de la santé d’une société.

Donner confiance à votre recruteur pour obtenir un bon contrat

Vous devez surtout vous en tenir à la réalité de vos compétences, de vos expériences et de votre niveau notamment en langue. Si vous exagérez ou omettez certaines parties de votre parcours, la relation de confiance sera brisée et l’entretien s’arrêtera de suite. Vous n’aurez pas droit à une seconde chance avec cet employeur. Le contrat individuel de travail est le contrat le plus répandu dans les secteurs des services et de l’industrie. Le contrat est soit à durée indéterminée soit à durée déterminée. Un accord verbal peut être un contrat valable mais il est préférable de signer un contrat écrit à durée indéterminée pour plus de sécurité juridique. En termes de droit du travailleur étranger, il faut se renseigner sur les offres des mutuelles de santé pour avoir les meilleurs droits et le meilleur service de prise en charge. La formation du travailleur est souvent proposé selon le niveau d’activité, selon le canton et selon le niveau de langue.

Les réseaux sociaux professionnels : un mine d’informations et de contacts

Pour chercher un job en Suisse, il est indispensable de passer aussi par les réseaux sociaux professionnels. Ils vous permettront de récolter des informations, de vous faire connaitre, de nouer de contacts et de comprendre l’arborescence d’une entreprise. C’est une véritable mine en terme d’information,  En Suisse, il faut privilégier Linkedin qui est très utilisé. C’est une manière pratique de discuter avec des personnes travaillant dans le même métier que vous.

Les groupes de discussion sont très pratiques pour se constituer un réseau avant de venir travailler dans la Confédération Helvétique. Mais comme évoqué précédemment, il faut garder une certaine distance et ne pas se mettre en avant pour être dans les normes de la culture de ce pays. D’autre réseaux comme Facebook peuvent avoir des pages spécialisées qui sont très utiles. Si vous recherchez un emploi en Suisse alémanique, le réseau Xing est assez utilisé comme d’ailleurs en Allemagne.

Les délais pour trouver du travail en Suisse

Comme toute recherche d’emploi, il faut patienter avant de décrocher le job recherché. Il n’est pas anormal que le délais s’allongent. Jusqu’à 6 mois, c’est un délai normal, vous devez avoir quelques pistes concrète en attente de confirmation ou d’entretiens. Passé ce délai, il est bon de se questionner si c’est votre premier poste en Suisse, sur l’adéquation aux postes recherchés selon les informations liée à votre activité. S’il s’agit des secteurs trop concurrentiels, les employeurs vont préférer choisir un candidat qui a déjà travaillé en Suisse.

Enfin en cas de refus multiples, il est important de modifier votre positionnement (CV et lettre de motivation) pour mettre tous les atouts de votre côté. Vous pouvez aussi lire notre guide :  Trouver un emploi à Annecy, qui est aussi une ville française très dynamique, à la croissance économique soutenue.