Les mesures gouvernementales renforcent le confinement de la population. Depuis hier, les activités sportives ne doivent pas dépasser une heure par jour. Les randonnées en montagne  pouvaient encore se poursuivre, c’est désormais fini par décision préfectorale.

Mercredi : premier avertissement du Préfet

De nombreux retours des forces de police et de gendarmerie indiquaient que beaucoup de marcheurs et de randonneurs se promenaient sur nos belles montagnes de Haute-Savoie. Ils pensaient se retrouver à l’air libre, loin de la foule des villes.

Seulement, beaucoup de personnes ont eu la même idée. Et les regroupements de population qui sont proscrits par le gouvernement avaient donc lieu sur les chemins et itinéraires de randonnée de nos sommets.

Le préfet Monsieur Pierre Lambert avait déclaré hier : « Le maître mot, c’est : restez chez vous. Les sorties en montagne, quelle que soit leur nature, doivent être différées jusqu’à la fin du confinement ».

Jeudi : l’interdiction totale de l’accès à la montagne

Le couperet est tombé : la préfecture de Haute-Savoie vient de prendre un arrêté préfectoral qui interdit tout accès à la montagne. Ce document indique que tous les déplacements  en montagne dans un rayon supérieur à 100 mètres de dénivelé au-dessus de son domicile de confinement sont interdits.

La préfecture s’explique dans ce communiqué : « En dépit des mesures de confinement généralisées prises par le Gouvernement depuis le 16 mars dernier, il a été constaté la pratique encore trop nombreuse d’activités en montagne dans le département de la Haute-Savoie ».

Cette décision est mise en application jusqu’au 31 mars prochain mais pourra être prolongée comme le confinement actuel de la population française.

Il fait rappeler que cette mesure qui restreint les libertés publiques est absolument nécessaire pour freiner le développement de la pandémie de coronavirus qui sévit en France.

La préfecture de Savoie voisine avait pris la même décision le 20 mars dernier en indiquant : « Les activités de montagne ne peuvent être assimilées à un exercice physique à l’air libre proche de chez soi ».

Au niveau pratique, la gendarmerie dont  le peloton de gendarmerie de haute-montagne est chargée de faire respecter cette interdiction.