Des délais pour les consultations qui n’en finissent pas de s’allonger, des patients laissés à l’abandon, l’épuisement des praticiens, autant de symptômes qui devraient alerter les autorités que quelque chose ne tourne pas rond dans notre système de santé. Et ce n’est pas en Haute-Savoie qu’on dira le contraire.

Une situation nationale préoccupante

Selon le 11e Atlas démographique du Conseil de l’ordre des médecins (Cnom) publié en octobre dernier, le nombre de médecins généralistes a encore baissé. Le nombre d’omnipraticiens est passé de 88 886 en 2015 à 88 137 en 2016. Et ce, en dépit de l’accroissement de la population dans 45 départements.

Cette diminution du nombre de praticiens généralistes touche tout le pays ou presque. Le phénomène concerne 93 départements. La capitale a par exemple perdu près de 20 % de ses médecins en neuf ans, notamment en raison de ses loyers prohibitifs.

Mais sur l’ensemble du territoire, ce ne sont pas les loyers qui sont en cause, mais le modèle sacerdotal du médecin de famille isolé. Ce mode de vie ne fait plus du tout rêver la nouvelle génération qui aspire à une meilleure qualité de vie, pour eux et leur famille.

Quoi qu’il en soit, pour décrocher un rendez-vous avec certains généralistes, il faut compter en moyenne une semaine, et pour certains spécialistes, la moyenne se situe aux alentours de deux mois, alors qu’il y a cinq ans, ce même délai moyen était d’un mois et demi.

Pour certaines spécialités, on peut presque parler de crise tant les délais sont très longs. Par exemple, obtenir une consultation auprès d’un ophtalmo prend en moyenne quatre mois. Et ce n’est qu’une moyenne. Par endroits, c’est pire. Dans le nord de la France, il faut plutôt compter six mois.

Il en va de même pour les généralistes pour lesquels les délais d’attente ont doublé ces cinq dernières années pour atteindre une semaine. Si vous tombez malade, le rendez-vous sera donc la semaine suivante, avec le risque de voir s’aggraver votre maladie.

Ceci explique l’effet de vases communicants avec les urgences à l’hôpital plus engorgées que jamais.

Mais pire encore, certains malades renoncent tout simplement à se soigner.

Heureusement, des solutions alternatives commencent à se mettre en place comme les consultations en ligne. Le site Vitaemed par exemple, permet, tout en restant chez soi, de se faire diagnostiquer et de se faire livrer son ordonnance.

La Haute-Savoie pas beaucoup mieux lotie

Dans le marasme ambiant, la légère augmentation de 1 % du nombre de médecins généralistes en Haute-Savoie ferait presque figure de bonne nouvelle. Cependant, il serait faux de croire qu’il n’y a pas de souci dans ce département.

Car même si le nombre de médecins progresse un peu, en tout cas ne diminue pas, la population, elle, y augmente bien plus vite. Ce qui aboutit dans de nombreuses communes à des situations où les cabinets médicaux sont débordés et en viennent même à refuser de nouveaux patients.

Avec 726 médecins généralistes, le département compte moins d’un médecin pour mille habitants, alors que la moyenne nationale se situe autour de 3,23. Ceci oblige les praticiens à travailler sur des cadences infernales, ce qui n’est pas durable.